L’HISTOIRE DE LA GUINEE – CONAKRY.

0
49399

« Selon une légende, à l’origine il y avait dans l’île Tombo, non loin l’actuel port, un fromager géant sous lequel un paysans  Baga du nom de Cona, qui avait construit sa case. Sa palmeraie produisait le meilleur vin de l’île, les gens de Kaporo venaient boire sous le fromager de Cona. Ils disaient alors, « je vais chez Cona, sur l’autre rive (nakiri) », ainsi par contraction ce lieu devin Conakry.

Les côtes de la Guinée furent découvertes par le navigateur Pedro de Sintra vers 1460, le Vénitien Ca Da Mosto.

Le site de Conakry dépendait du royaume de Dubréka. La région était d’abord habitée par des Baga, mais ceux-ci accueillirent des Soussou, venus du Nord du Mandingue, après la destruction de leur capitale, sur le Niger, en 1236 par Soundjata Keïta. A partir du XVIè siècle plusieurs royaumes Soussou se développent, le Royaume de Rio Pongo et celui de Dubréka, le plus important.


Le royaume de Dubréka a été fondé vers 1600 par un émigrant Soussou, chasseur d’éléphants, nommé Soumba Toumamy, qui délivra les Baga des pillards, en remerciements ils le proclamèrent roi. Ses descendants régnèrent jusqu’à la conquête coloniale, en 1890. Le dernier roi, Balé Demba, accorda en 1885 une concession aux français, dans l’île de Tombo.

Mais l’histoire de la ville de Conakry débute le 8 mai 1887 avec la prise de possession, par les français, de la totalité de l’île de Tombo (aussi écrit Tumbu), et l’intention d’y fonder la capitale de la colonie des Rivières du sud. Les premières constructions ne datent pas que de 1889. En 1885 il y avait environ 300 habitants répartis en deux villages, Conakry et Boubinet et dans deux petits groupes de cases, Krou Town et Tombo. Conakry comptait environ 30 cases. Par Luc MOGENET

La Guinée-Conakry, appelée officiellement  République de Guinée, est un pays d’Afrique de l’Ouest borné par l’océan Atlantique, limité au nord-ouest par la Guinée-Bissau (lusophone), au nord par le Sénégal (francophone), à l’est par le Mali (francophone), au sud-est par la Côte d’Ivoire (francophone) et au sud par le Liberia (anglophone) et la Sierra Leone (anglophone).

C’est un pays de 245 857 km², soit l’équivalant de 50 % approximativement de la surface de la France. La Guinée-Conakry comprend également les îles de Los au large de Conakry, la capitale.  
La Guinée-Conakry est subdivisée en quatre grandes régions (voir la carte détaillée): d’est en ouest, on trouve la Guinée maritime ou Basse-Guinée (en bordure de l’Atlantique), la Moyenne-Guinée ou le Fouta-Djalon (au sud du Sénégal: de hauts plateaux aux nombreux cours d’eau désignés comme le «château d’eau» de l’Afrique), la Haute-Guinée (une immense savane formant une zone de transition avec le Mali) et la Guinée forestière (région de montagnes couvertes de forêts à l’extrémité sud-est, près du Liberia).

 DEMOGRAPHIE.

Les trois principaux groupes ethniques se répartissent dans les quatre grandes régions géographiques de la Guinée. La Guinée maritime abrite près de 75 % des Soussos, mais on y trouve aussi presque toutes grandes les ethnies du pays, en raison de la présence de la capitale, Conakry, qui attire les Guinéens. Dans la région du Fouta-Djallon ou Moyenne Guinée, on trouve 80 % des Peuls et 14 % des Malinkés; ces derniers sont plus nombreux en Haute Guinée (45 % d’entre eux). Quant à la Guinée forestière, elle abrite surtout des Malinkés (35 % d’entre eux), mais aussi des petites ethnies telles que les Kissiens, les Tomas, les Guerzés.

Le français est la langue officielle du pays, mais seulement de 15 % à 25 % des Guinéens le pratiquent; dans les campagnes éloignées, cette langue demeure à peu près inconnue. Le français sert de langue véhiculaire entre les ethnies, mais également le poular, le malinké et parfois le soussou. Pour ce qui est de la langue arabe, cette langue n’est employée que par les adeptes du Coran. Au point de vue religieux, les musulmans sont nettement les plus nombreux en Guinée, avec près de 85 % d’adeptes dans la population. On compte 5 % de Guinéens adeptes des religions traditionnelles animistes et 4 % de chrétiens (dont 3 % de catholiques et 1 % de protestants évangéliques).

  L’arrivée des Européens.

Les Portugais furent les premiers Européens, au XVe siècle, à longer les côtes de la Guinée et à entrer en contact avec les populations qui s’y trouvaient. Ils installèrent des comptoirs et pratiquèrent le commerce des épices, de l’huile de palme, l’or, de l’ivoire et… la traite des esclaves. La toponymie conserve encore leur marque (Rio Nuñez, Rio Pongo, Cap Verga, etc.) et plusieurs familles ont hérité de leurs noms (Fernandez, Gomez, etc.). Mais les Portugais entrèrent très tôt en compétition avec les Britanniques et les Français. Ils se trouvèrent rapidement circonscrits dans ce qui est devenu aujourd’hui la Guinée-Bissau.

Les Britanniques finirent par se contenter sans trop de difficultés de la Sierra Leone. Puis, en une quarantaine d’années, l’impérialisme français supplanta ses rivaux dans la région en étendant sa zone à partir de la côte maritime en direction du Fouta-Djallon et de la Haute-Guinée. Les autochtones ne connurent d’abord l’écriture que par l’alphabet arabe: une transcription de la langue peule en caractères arabes apparut d’ailleurs au cours du XVIIIe siècle, mais cette arrivée dans le monde de l’écriture fut ralentie sérieusement par l’invasion des forces coloniales.

 La colonisation française

Le territoire de la Guinée devint une colonie française en 1893 et fut intégré à l’Afrique occidentale française (AOF) en 1893. Mais l’almamy Samory Touré mena une guerre organisée contre l’occupation française sur la côte et dans les massifs montagneux du Sud-Est, jusqu’à ce qu’il fut vaincu en 1898. Fait prisonnier en 1898, il fut déporté au Gabon où il mourut en 1900. Il fut l’un des derniers héros de l’histoire précoloniale du pays. Les résistances à l’occupation française continuèrent et ne cessèrent qu’en 1912, lors de la «pacification» de cette zone érigée en région militaire depuis 1899. Finalement, l’émiettement en multiples chefferies rivales facilita l’emprise française sur le pays. Mais les excès militaires français provoquèrent en 1911 une révolte des Guerzé et des Manons, qui fut réprimée avec une très grande brutalité.

La France imposa un système d’administration coloniale identique à celui appliqué dans les autres territoires africains de son empire colonial. Le français devint la langue de l’Administration. La plupart des documents officiels ne furent pratiquement jamais connus de la part des intéressés, sauf lorsqu’ils furent occasionnellement traduits dans un «dialecte local». Près de 95 % des Guinées ne fréquentaient pas l’école et ignoraient par conséquent le français. Cependant, le français était très répandu auprès de l’élite guinéenne qui n’hésitait pas au besoin à écourter les études coraniques de leurs enfants pour leur faire suivre leurs cours à l’école française.

La Guinée française devint par la Constitution française du 7 octobre 1946 un «territoire d’outre-mer». À la fin de l’empire colonial français, le taux de scolarisation des «indigènes» restait inférieur à 12 %. Cette situation cachait aussi d’importantes disparités entre les sexes (par exemple, moins de 10 000 filles sur 45 000 enfants scolarisés), les milieux urbains et ruraux (dits «de brousse»), les différents groupes sociaux (fonctionnaires, artisans, ouvriers et manœuvres, paysans) et religieux (par exemple, écoles coraniques et les écoles privées catholiques), sans parler des régions géographiques. L’enseignement supérieur demeurait inexistant. Puis, inévitablement, une conscience politique anticoloniale se développa pour s’affirmer avec force après la Seconde Guerre mondiale.

  l’indépendance

En 1952, Ahmed Sékou Touré, arrière-petit-fils de Samory Touré, mena des activités politiques afin d’obtenir davantage de représentants africains dans le gouvernement local. Il fonda le Parti démocratique de Guinée dont il fit une organisation populaire fortement structurée. Lors du référendum du 28 septembre 1958, la Guinée fut le seul pays de toute l’Afrique francophone à rejeter la proposition du général de Gaulle concernant l’intégration des colonies de l’Afrique occidentale française au sein d’une éventuelle Communauté française. Sékou Touré, qui était convaincu que la France ne pourrait durablement ostraciser une Guinée si riche en produits miniers, demandait à sa population de voter NON au projet d’intégration à la Communauté française. Dans son discours au général de Gaulle à Conakry, le 25 août 1958, Sékou Touré, alors vice-président du Conseil de gouvernement, déclara:
Le projet de Constitution ne doit pas s’enfermer dans la logique du régime colonial qui a fait juridiquement de nous des citoyens français, et de nos Territoires, une partie intégrante de la République française Une et Indivisible. Nous sommes africains et nos Territoires ne sauraient être une partie de la France. Nous serons citoyens de nos États africains, membres de la Communauté franco-africaine.

Mécontente de la décision guinéenne après son vote négatif lors du référendum du 28 septembre (1958) sur la Communauté, la France suspendit immédiatement son aide (contrairement à ce que croyait Sékou Touré). En un mois, l’administration guinéenne se vit privée de tous les techniciens et fonctionnaires français, y compris les médecins, les infirmières, les enseignants, les responsables de la sécurité aérienne, etc. Pendant que les présidents Habib Bourguiba de Tunisie, Hamani Diori du Niger et Léopold Sédar Senghor du Sénégal se comptaient parmi les défenseurs les plus acharnés de la Francophonie, Sekou Touré, lui, continuait d’exiger pour son pays l’indépendance immédiate et totale, et proclamait haut et fort que la Francophonie constituait une «nouvelle forme de domination coloniale». Paris tentera d’empêcher l’admission du nouvel État aux Nations unies.

L’indépendance et Sékou Touré

En Mai 1958 le Général De Gaulle revient au pouvoir en France et entreprend une tournée africaine pour proposer aux colonies le statut de la Communauté dans la nouvelle constitution. A Conakry dans un fameux discours, Sékou Touré refuse cette offre et propose de dire « non » à la communauté si l’option de l’indépendance à l’intérieur de celle-ci n’est pas ouverte. « Nous préférons la pauvreté dans la liberté à la richesse dans l’esclavage » déclare-t-il notamment. Le 25 Août, à une très large majorité les Guinéens répondent non, et l’indépendance est proclamée le 2 octobre 1958 , Sékou Touré devient chef du gouvernement, une constitution est adoptée le 10 Novembre 1958. Un drapeau et un hymne national sont adoptés. Le drapeau est tricolore et formé de trois bandes, rouge, jaune et verte disposés verticalement. L’hymne national s’inspire d’un climat traditionnel à la gloire de Alpha Yaya.

L’HYMNE NATIONAL

Peuples d’Afrique,

Le passé historique

Que chante l’hymne

De la Guinée fière et jeune

Illustre l’épopée de nos frères

Morts au champ d’honneur

En libérant l’Afrique.

Le peuple de Guinée,

Prêchant l’unité

Appelle l’Afrique.

Pays côtier de l’Afrique de l’ouest, la Guinée se subdivise en quatre régions naturelles distinctes. Il existe une certaine homogénéité  en raison des contrastes climatiques, des barrières montagneuses qui caractérise ces régions    pour donner à chaque région des particularités du point de vue climat, sols, végétation et mode de vie des populations.

Suivez-nous et aimez-nous :