LA GUINEE MALADE DE SA CLASSE POLITIQUE.

0
232

Depuis plus de 30 ans Mr Bah Oury est engagé dans une voie claire : OUI au combat politique lorsqu’il s’agit de défendre l’intérêt général, NON à toute compromission politique. Son principal mérite aura été de traduire cet idéal théorique ayant initialement regroupé quelques amis (au temps des luttes clandestines pour le multipartisme), en une pratique politique qui a su traverser les turbulences de la dictature Conté, les espoirs déçus des forces vives de 2007, les fourberies de la transition de 2010 et, enfin les pièges tendus par ses propres frères politiques et ses adversaires. Ce parcours, comme on le dira, a été truffé d’embuches, de trahisons, de coups bas, d’accusations et de vagabondages politiques,… Hélas, la classe politique guinéenne excelle dans cet art, seule voie possible – de son point de vue ! – pour accéder au pouvoir ou s’en approcher. En réchapper exige une bonne dose de conviction idéologique, d’engagement dans la cause du bien commun et de courage politique, tant le mal est profond, généralisé (même chez les jeunes), et constitue la norme de fonctionnement de nos politiciens. J’exagère à peine, car l’opinion généralement répandue sur la classe politique guinéenne est plus sévère.

Que reproche-t-on à nos politiciens sinon leur avidité de pouvoir personnel, la confiscation illégitime de TOUT l’espace politique, la mobilisation conflictuelle voire explosive autour du clan, de l’ethnie ?

Ainsi, dans la quête politicienne du pouvoir, le peuple est le dernier des soucis et de ses aspirations de même. De ce fait, le pouvoir devient cette faculté pour certains de s’imposer aux autres – par la violence si, besoin est -, afin d’en obtenir l’allégeance ou la paralysie nécessaire à la poursuite des buts inavouables. Ce sont des « chasseurs de pouvoirs » en fait.

C’est dans cette voie que s’est engagé ce jeune Aimé HABA, membre fondateur de l’UDD pour être député. Négociant des sièges avec le pouvoir en place, dans l’ombre avant les législatives. L’échec de ce plan explique toute son agitation actuelle. Sa rhétorique actuelle est une auto congratulation : auto proclamation, autojustification, autopromotion. Alors que ces tares sont énormes : porte-parole autoproclamé d’un groupe qui ne le reconnaisse pas, un frein constant à toute réforme du parti, un désintéressé de l’histoire nationale, un vide de programme. _ C’est avec peine que je parle de cet individu qui ne mérite vraiment pas toute cette énergie.

La Guinée souffre donc bien de sa classe politique mais surtout de ses jeunes maintenant. Il s’agit non d’un cri de désespoir mais d’un appel au ressaisissement, à un sursaut de dignité nationale voire individuelle, en vue de casser l’image d’une classe politique ridicule, totalement aliénée à notre peuple. C’est une invitation lancée aux intellectuels (surtout aux jeunes) pour qu’ils s’impliquent, s’engagent activement dans un véritable débat d’idées et mettent en œuvre cette pratique au service du pays.

Amadou_SOW, militant politique de Bah OURY.

Suivez-nous et aimez-nous :