La répression et la criminalité d’État ont toujours été les réponses des dirigeants guinéens

0
228
La répression et la criminalité d’État ont toujours été les réponses des dirigeants guinéens face aux revendications sociales et politiques.
Dans un tel contexte, la radicalisation devient la seule option pour survivre et punir les coupables des tueries, de la corruption et de la mal gouvernance.

Ce n’est plus un secret que le régime d’Alpha Conde s’est construit sur le mensonge et la manipulation. Il se nourrit de haine et de violence.
Alors, sommes nous obligés de continuer a nous soumettre à l’arbitraire et à l’injustice ? La constitution nous autorise à résister et à nous défendre face a un système d’oppression, de barbarie et de corruption généralisée ( Article 21 : Le peuple de guinée a un droit imprescriptible sur ses richesses. Celles-ci doivent profiter de manière ÉQUITABLE à tous les Guinéens. Il a le droit de RESISTER face à l’oppression ).

Cette lutte n’est plus que sociale ou politique. Ce combat est celui de la libération d’un peuple prit en otage par un clan mafieux et criminel. C’est pourquoi la chute du gouvernement du premier ministre Kassory Fofana devient nécessaire et irréversible.

Enfin je condamne catégoriquement les arrestations lâches des jeunes manifestants, la violence exercée sur les acteurs sociaux pacifistes et la présence des gendarmes a la bourse du travail.

Le combat continue !

Aliou BAH
Citoyen et homme politique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here